Date de publication: 15/07/2020 | Auteur(s): Administrator | Tags: Divers | Visites: 150

ALGERIE

Opep/non Opep/production/accord/conformité
  • Opep+/JMMC: nouvelle évaluation de l’application des baisses de production ce mercredi
ALGER, 15 juil 2020 (APS) -Les ministres de l’Energie de sept pays membresdu Comité ministériel mixte de suivi Opep+ (JMMC), dont l'Algérie, devrontse réunir ce mercredi pour une nouvelle évaluation des niveaux deconformité des signataires de l’accord de baisse de production après celleeffectuée en juin dernier.Cette rencontre a été précédée par la 42e réunion du Comité techniquemixte (JTC) des pays participants à la déclaration de la coopération parvidéoconférence.Ce Comité conseille le JMMC sur le marché pétrolier, qui se réunira viaun webinaire ce mercredi 15 juillet 2020, selon le compte twitter del’Organisation des pays exportateurs de pétrole."Ces réunions mensuelles du JTC et du JMMC envoient un message rassurantque nous sommes prêts, désireux et capables de faire face aux conditionschangeantes du marché", a déclaré le Sg ed Barkindo de l’Opep enintroduction du JTC, tout en appelant à rester préparés à la bataillecontre la pandémie du Covid-19.Il a également réaffirmé l'importance de données de marché précises,opportunes et transparentes pour fournir un soutien technique au processusdécisionnel de la Déclaration de coopération.M. Barkindo a aussi souligné l'importance croissante du dialogue et de lacoopération internationale pour aider à stabiliser les marchés mondiaux del'énergie et à fournir une plate-forme pour le marché pétrolier et lareprise économique à l'avenir."Il y a eu des développements positifs sur le marché pétrolier malgré lesrisques persistants liés au COVID-19. Le marché avait connu une certaineamélioration après une forte baisse en avril et que la demande devraits'accélérer dans les prochains mois, en particulier en 2021", a ût-ilestimé.Pour M. Barkindo, la dynamique positive du marché observée doit beaucoupaux mesures décisives prises par l’Opep et ses partenaires pour ajuster laproduction globale de pétrole brut à la baisse.Lors de sa 19ème réunion du JMMC , tenue le 18 juin dernier, il a été arelevé que le niveau global de conformité des pays Opep et Non Opep aatteint 87% pour le mois de mai 2020. Le Comité a, avait réitérél'importance d’atteindre un taux de conformité de 100% pour tous les pays.Ainsi, les participants à la réunion d’aujourd’hui auront à évaluer leniveau de respect des engagements de baisse de la production des payssignataires de la Déclaration de Coopération pour le mois de juin 2020,tels que décidés lors de la 10ème Réunion ministérielle OPEP et Non-OPEP du12 avril.En dehors de la conformité, la 20ème réunion du JMMC qui sera coprésidéepar l’Arabie Saoudite et la Russie sera consacrée à l’examen de lasituation du marché pétrolier international et à ses perspectivesd’évolution à court et moyen termes.Pour ce mois de juillet, les pays de l’Opep appliquent une baisse deproduction de l’ordre de 9,6 mb/j, qui sera suivi selon les termes del’accord d’une coupe de 7,7 mbj à partir du 1er août jusqu’à la findécembre mais certains s’attendent à ce que la réduction de 9, 6 mbj soitprolongée le mois d’août. Cependant, aucune décision officielle n’a étéencore annoncée à ce propos.Ce qui est clair, c’est que les pays de l’Opep+ sont unanimes pour lapoursuite des efforts pour stabiliser le marché pétrolier car la chute desprix de l’or noir affectent tous les pays.Dans ce contexte, l’Algérie et la Russie, membres du JMMC et de l’Opep+ ontconvenu de "poursuivre la concertation et la coordination avec les autresmembres de l'Opep et ses partenaires pour la stabilisation du marchépétrolier international".Cet engagement a été affirmé lundi lors d’un appel téléphonique entre lePrésident de la République, Abdelmadjid Tebboune et son homologue russeVladimir Poutine.Pour rappel, le JMMC est composé de sept pays membres de l'OPEP (Algérie,Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Irak, Koweït, Nigeria et Venezuela)et de deux pays non membres de l'OPEP (Russie et Kazakhstan). (APS)

MOYEN ORIENT

Liban-économie-société-crime
  • Le vol à main armée, dernier recours pour des Libanais affamés (PAPIER D'ANGLE)
BEYROUTH, 15 juil 2020 (AFP) - Dans une rue sombre, un motocyclistearmé d'un couteau surgit devant un passant et réclame de l'argent ou de lanourriture. Le Liban, en plein naufrage économique, connaît une recrudescencedes vols, sur fond de paupérisation croissante."Ne dis pas un mot, je ne suis pas là pour te faire du mal, je veux que tume donnes de l'argent ou que tu m'accompagnes dans un magasin pour faire descourses. A la maison, mes enfants pleurent tellement ils ont faim".Zakaria al-Omar, 37 ans, se souvient des propos du motocycliste qui estapparu devant lui dans une rue du quartier de Hamra à Beyrouth.Il dit à l'AFP avoir fini par donner de l'argent au braqueur qui a ensuitecouru vers sa moto. Mais soudain, l'homme est revenu sur ses pas, se dirigeantvers Zakaria."J'ai eu alors très peur. Mais en fait il a commencé à pleurer et s'excuseren disant +je ne suis pas un voleur, mais j'ai faim et mes enfants aussi+", sesouvient Zakaria."Je lui ai dit que je lui pardonnais et il est parti".Zakaria dit alors avoir ressenti "un mélange de terreur et de tristessepour cet homme qui s'est effondré" devant lui.- L'agresseur "s'est excusé" -===============================Selon une source sécuritaire, le Liban enregistre depuis plusieurs semainesun "nouveau type de vol" qui concerne "le lait pour enfants, les produitsalimentaires et les médicaments".Fait marquant, "plus d'une victime" a rapporté que l'agresseur "s'étaitexcusé au moment du vol", ajoute cette source à l'AFP.Depuis l'automne dernier, des dizaines de milliers de Libanais ont perduleur emploi ou une partie de leur revenu, alors que la crise économique, lapire dans l'histoire contemporaine du pays, ne cesse de sévir.L'effondrement n'épargne aucune classe sociale, la monnaie nationale ayantperdu plus de 80% de sa valeur face au dollar, faisant fondre le pouvoird'achat.Cette dégringolade a propulsé les prix à des niveaux historiques alors queprès de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et quele taux de chômage atteint 35%.Dans les pharmacies, le paquet de couches le moins cher vaut désormais 20euros (au taux de change officiel), contre neuf euros auparavant, indique unpharmacien local. Quant au lait en poudre pour bébé, certaines marques ont vuleur prix augmenter du tiers voire tripler, passant pour l'une des marquesimportées de 9 à 27 euros.Selon les statistiques officielles, 863 cambriolages et braquages demaisons, magasins et pharmacies ont été enregistrés sur les cinq premiers moisde 2020 dans le pays, soit 173 par mois. Une hausse énorme par rapport à 2019qui en avait enregistré 650 sur toute l'année.- "Deux ans de travail" -=========================Début juillet, le vol d'un coffre-fort rempli de billets verts dans unrestaurant-bar d'une rue huppée de Beyrouth a défrayé la chronique.Une vidéo virale relayée sur les réseaux sociaux à partir d'une caméra desurveillance montre trois personnes transportant un énorme coffre au milieu dela nuit."Ils ont défoncé la porte (...), ont trouvé le coffre-fort mais n'ont paspu l'ouvrir", raconte à l'AFP le propriétaire du restaurant Walid Ataya.Fixé au sol, le coffre a dû être déboulonné par les cambrioleurs."Ce qu'ils ont emporté, c'est deux ans de travail", déplore lerestaurateur."Je ne pouvais pas déposer cet argent à la banque et j'avais peur de legarder à la maison", ajoute-t-il, dans un pays où les banques imposent depuisl'automne des restrictions draconiennes sur les retraits, notamment en dollars,poussant de nombreux Libanais à thésauriser leurs revenus à domicile ouailleurs.Pour la source sécuritaire, cette recrudescence des vols est due à "ladétérioration de la situation économique et au taux de chômage élevé parmi lesjeunes".Les jeunes avaient pris une grande part aux manifestations contre uneclasse dirigeante jugée corrompue et incompétente à partir d'octobre dernier.Ce mouvement de contestation s'est cependant essoufflé, notamment en raison dela pandémie de Covid-19 qui a aussi été un des facteurs de la paupérisation.AFP

MONDE

Monde/santé/virus/développement
  • Le COVID-19 éloigne le monde des Objectifs de développement durable (Guterres)
NEW YORK (Nations Unies), 15 juil 2020 (APS) - Le secrétaire général del'ONU Antonio Guterres a averti que l'impact du COVID-19 éloignerait lemonde des Objectifs de développement durable (ODD).Même avant l'éclatement de la crise du nouveau coronavirus, le monden'était pas sur la bonne voie pour réaliser ces objectifs d'ici 2030, arappelé M. Guterres lors de l'ouverture du segment ministériel du Forumpolitique de haut niveau (HLPF) sur le développement durable organisé parle Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), destiné àpasser en revue les progrès enregistrés dans la réalisation des ODD."A un moment où nous avons désespérément besoin de faire un bond en avant,le COVID-19 nous a retardés de plusieurs années, de plusieurs décenniesmême, apportant d'énormes défis aux pays en matière de financement et decroissance. Cette crise nous éloigne davantage des ODD", a-t-il déploré.M. Guterres a appelé à des solutions concrètes, audacieuses et réalisablesinspirées par les ODD. "Maintenant, il nous faudra répondre présent au défidu moment. Nous sommes tous conscients du fait que le monde ne pourrarevenir à une situation dite normale", a-t-il reconnu.M. Guterres a renouvelé son appel à un plan de sauvetage dont le montantpourra représenter au moins10% de l'économie mondiale et à des mécanismes de solidarité en faveur despays en développement. Il a déclaré qu'il continuerait de déployer desefforts en ce sens.Les ODD comprennent 17 objectifs mondiaux à atteindre d'ici 2030, parmilesquels ceux de zéro faim, d'égalité des sexes, d'éducation de qualité, detravail décent et de croissance économique. "Ils participent d'un plan pourréaliser un avenir meilleur et plus durable pour tous."Zhang Jun, représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies, adéclaré lors du forum que face à cette situation grave et complexe, toutesles parties devraient combattre efficacement le COVID-19, promouvoir lareprise et la croissance économiques durables et inclusives tout enaccélérant la mise en £uvre de l'Agenda 2030 avec confiance, résolument eten redoublant d'efforts.Il est prouvé que la solidarité et la coopération constituent les pluspuissantes armes dont l'humanité dispose pour relever les défis mondiaux.La mise en application de l'Agenda 2030 ne fait ainsi pas exception. Lespays devront travailler ensemble pour parvenir à une communauté de destin,qui constitue la seule voie permettant de surmonter les difficultés etréaliser un développement commun, a souligné M. Zhang.(APS)virus-épidémie-santé
  • Coronavirus: progrès vers un vaccin aux Etats-Unis, reconfinements dans plusieurs pays (PAPIER GENERAL-ACTUALISATION)
WASHINGTON, 15 juil 2020 (AFP) - La pandémie de coronavirus continuede s'étendre dans le monde, contraignant plusieurs pays comme l'Inde à desreconfinements partiels de dizaines de millions de personnes, mais l'espoird'un futur vaccin se renforce aux Etats-Unis où une firme de biotech s'apprêteà lancer la phase finale de ses essais cliniques.A ce stade, la maladie a infecté plus de 13,2 millions de personnes dans lemonde et fait plus de 576.000 morts.En Asie, l'Inde s'apprête à reconfiner près de 140 millions d'habitants(sur une population totale de 1,3 milliard) dans la région de Bangalore et danscelle, très pauvre, du Bihar.A Hong Kong, les bars, les salles de sport et les salons de coiffure ont dûêtre fermés à nouveau mercredi, et les rassemblements de plus de quatrepersonnes ont été interdits dans la cité-Etat qui avait enregistré des succèsdans la lutte contre le coronavirus.La ville de Tokyo est, pour sa part, à son plus haut niveau d'alerte à lasuite d'une hausse des cas constatés, a annoncé mercredi sa gouverneure, YurikoKoike.En Europe, la ville de Lérida et plusieurs communes environnantes enCatalogne (nord-est de l'Espagne) ont été reconfinées mercredi en raison d'unimportant foyer de contagion, après un bras de fer avec la justice.Le gouvernement portugais a, pour sa part, annoncé que les mesures dereconfinement partiel dans la région de Lisbonne pour maîtriser des foyers decontagion avaient été prolongées au moins jusqu'à fin juillet.- "Vous faites partie du problème" -====================================Le Brésil, l'un des pays les plus gravement touchés au monde, a enregistré1.300 morts supplémentaires en 24 heures. Il compte maintenant plus de 74.000décès et près de 2 millions de personnes contaminées. Les grandes écoles desamba menacent de ne pas participer au carnaval de Rio de Janeiro en févrierprochain.Aux Etats-Unis, la flambée qui affecte le Sud et l'Ouest du pays sepoursuit: quelque 63.262 nouvelles infections sont apparues depuis lundi,portant le total à plus de 3,42 millions. La maladie y a fait 850 nouvellesvictimes, le nombre des décès s'établissant à 136.432.Cette situation a poussé l'éminent immunologiste Anthony Fauci à renouvelerses mises en garde aux Américains contre tout relâchement, notamment de la partdes jeunes qui peuvent se sentir moins vulnérables et vouloir "siroter unemargarita dans un bar bondé".Compte tenu de la transmission asymptomatique, ces jeunes "doiventcomprendre" qu'ils sont en train de "propager par inadvertance la pandémie" etfont "partie du problème et non de la solution", a-t-il déclaré mardi.- Rare bonne nouvelle -=======================Dans ce contexte toujours plus inquiétant, l'annonce mardi par la firmeaméricaine de biotech Moderna qu'elle s'apprêtait à lancer la phase finale deses essais cliniques pour un vaccin contre le Covid-19 sonne comme une rarebonne nouvelle.Le groupe, qui bénéficie de 483 millions de dollars du gouvernementaméricain et figure parmi les tout premiers dans la course mondiale au vaccin,vient de publier des résultats préliminaires prometteurs dans le "New EnglandJournal of Medicine".L'objectif principal de son étude, qui fera appel à 30.000 personnes auxEtats-Unis et démarrera le 27 juillet, sera de savoir si son vaccinexpérimental est sûr et prévient l'infection par le SARS-CoV-2. Si une personneest malgré tout infectée, il s'agira aussi de savoir si le vaccin peut prévenirla progression vers des symptômes ou l'apparition de cas graves.L'étude devrait durer jusqu'au 27 octobre 2022, mais des résultatspréliminaires devraient être communiqués bien avant cette date.Si la formule retenue pour les essais se révélait efficace, Moderna a prévude pouvoir produire 500 millions de doses par an, et "possiblement jusqu'à 1milliard".Moderna n'est pas seule en piste dans la lutte engagée contre le virus. Lacompagnie chinoise SinoVac est aussi à un stade avancé des recherches, etl'agence russe TASS a annoncé que des chercheurs russes avaient achevé lesessais cliniques pour un vaccin, mais ces derniers n'ont pas rendu les donnéespubliques.- Réouverture de Disneyland Paris -===================================Bien que l'onde de choc du coronavirus continue de se faire sentir sur lesindicateurs économiques, qui plongent dans le rouge à des niveaux impensablesil y a quelques mois encore, la bourse de Tokyo a connu mercredi une embellie,portée par les avancées thérapeutiques contre le Covid-19.Pour leur part, les compagnies aériennes ont demandé "à genoux" auxpassagers de les aider en acceptant des avoirs plutôt que de solliciter desremboursements pour les vols annulés pendant la crise sanitaire.Dans ce contexte, Disneyland Paris, première destination touristique privéeen Europe, a rouvert ses portes au public mercredi avec une capacité d'accueillimitée, après quatre mois de fermeture en raison de l'épidémie de coronavirus.AFP