Date de publication: 18/06/2024 | Visites: 262

Les travaux du sommet euro-méditerranéen des Conseils économiques et sociaux ont débuté aujourd'hui, mardi 18 juin 2024, en République de Malte, avec la participation de la Présidente du Conseil National Economique, Social et Environnemental, Mme Rabéa KHARFI, à la tête d'une délégation de membres du Conseil comprenant des représentants du patronat, des syndicats et des experts, à savoir : Mme Nadia CHETTAB, Mme Nadia SALMI GHANI BARDI et M. Youssef GHAZI.

Lors de sa participation à la première session du sommet consacrée à « l'intégration des jeunes dans les processus participatifs dans le monde du travail », Mme KHARFI a mis en avant les efforts de l'Algérie pour intégrer les jeunes dans le développement socio-économique du pays, soulignant que les hautes autorités du pays ont répondu aux aspirations des jeunes à une participation effective. En effet, l’Algérie considère sa jeunesse comme un partenaire à part entière et un acteur clé dans les processus de développement socio-économique.

Sur le plan économique, la Présidente a mis en lumière l’environnement favorable en Algérie caractérisé par la mise en place de politiques intégrées pour promouvoir l’entrepreneuriat, notamment avec la création en 2020 d’un ministère chargé de l’économie de la connaissance, des start-ups et des micro-entreprises, ainsi que la mise en place d’un nouveau cadre légal pour le travail indépendant, facilitant ainsi aux jeunes l’exercice d’activités économiques dans les domaines de l’économie de la connaissance, de l’innovation et de la numérisation. De plus, l’Algérie a créé l’Agence nationale de l’entrepreneuriat autonome et le Fonds national de soutien aux start-ups, ainsi qu’un réseau d’incubateurs de projets jeunes dans les universités et à travers tout le pays.

En outre, les pouvoirs publics œuvrent constamment à créer un environnement d’investissement et à fournir les conditions les plus propices à une croissance forte et innovante avec un taux d’emploi élevé.

Sur le plan politique, Mme Rabéa KHARFI a souligné que l'État a pris plusieurs mesures pour renforcer la participation des jeunes à la prise de décision, telles que la réduction de l’âge légal pour se présenter aux élections parlementaires de 28 à 25 ans en 2021, et la création en 2022 du Conseil supérieur de la jeunesse et de l’Observatoire national de la société civile, des espaces essentiellement dédiés aux jeunes. Elle a ajouté que le CNESE comprend un grand nombre de jeunes et de représentants d’associations de jeunesse, reflétant l’engagement de l’Algérie à soutenir la participation des jeunes dans divers domaines.

Concernant les efforts fournis sur le plan social, la Présidente du CNESE a souligné l’importance de l’éducation et de la formation pour l’autonomisation économique des jeunes, l’État garantissant l’enseignement gratuit à tous les niveaux scolaires et de formation professionnelle.  

A la fin de son intervention, Mme KHARFI a souligné l’importance du facteur économique dans la promotion des jeunes, les considérant comme des partenaires du développement, et a appelé à une quête collective pour un développement basé sur la gestion souveraine et la promotion des ressources propres à chaque pays, dans le respect du droit international et des relations fondées sur les valeurs de paix, de prospérité et des droits des peuples à une vie digne et durable.

Il convient de noter que les participants à ce sommet ont exprimé leur grande appréciation pour les efforts de l’Algérie, qu’ils considèrent comme un exemple de bonnes pratiques et d’inspiration.