Date de publication: 21/07/2020 | Auteur(s): Administrator | Tags: Divers | Visites: 22

لماذا أجلت الجزائر زيارة رئيس البرلمان الليبي؟

عاطف قدادرة صحافي @atefked

الاثنين 20 يوليو 2020 16

توقع الرئيس الجزائري عبد المجيد تبون أن تتفاعل هيئة الأمم المتحدة إيجاباً مع الاقتراح الجزائري لحل الملف الليبي، معلناً عن "اتصالات يومية" على مستوى وزراء الخارجية مع كل من مصر وتركيا. ووصف اقتراح تسليح قبائل ليبية بـ"الخطير جداً ولن تؤيده الجزائر".

وتضاربت الأنباء حول أسباب تأجيل زيارة رئيس مجلس النواب الليبي عقيلة صالح إلى الجزائر، والتي كانت مقررة أن تستمر يومين ابتداءً من السبت 18 يوليو (تموز)، وتشمل لقاءً مع رئيس الجمهورية عبد المجيد تبون ورئيس البرلمان سليمان شنين ووزير الخارجية صبري بوقادوم.

عسكري ضمن الوفد؟

في لقاء مع صحافيين جزائريين بُث مساء الأحد، قدم الرئيس تبون ما يمكن البناء عليه في تفسير أسباب تأجيل زيارة صالح، مع وجود معطيات سابقة تحدثت عن تحفظ جزائري إزاء إمكانية استقبال شخصية عسكرية كانت سترافق صالح ضمن الوفد الرسمي.

الرئيس الجزائري لمّح إلى مستجد إقليمي لم تُستشر بلاده في شأنه، وقد طُلب منها تأييده فرفضت. وقال تبون "أنا متفائل، حينما أعرف ما يفكر فيه الشعب الليبي، نحن قريبون جداً من الليبيين، لكني أعيب  بعض التصرفات التي يطلبون منا تأييدها، لن نؤيد أي قرار لمصلحة شخص، ربما لا نقف ضده لكننا لا نؤيده. الجزائر من مبادئها الأساسية أنها ترفض أن توضع أمام الأمر الواقع. لا تضعني أمام الأمر الواقع ثم تطلب مني التأييد، إذا (كنت) ترغب فعلاً في تأييدي عليك استشارتي".

تابع "اليوم، الليبيون معزولون تقريباً ما عدا قطبين، شرقاً غرباً، في مؤتمر برلين  قلنا لو تتواصل الأمور كما هي سنصل بليبيا إلى الوضع السوري ضمن صراع بين قوى خارجية. اليوم، أجدّد هذا الكلام قياساً بما رأيت وسمعت في الساعات الأربع والعشرين الماضية، وفيه محاولة لإقحام بعض القبائل الليبية في حمل السلاح. هذا أمر خطير، إذا حملت القبائل السلاح دفاعاً عن النفس فلن نكون أمام سيناريو سوريا بل الصومال".

يعتقد الدبلوماسي السابق في بعثة الجزائر في بروكسل عبد الحميد بلباقي أن "كلام تبون واضح للغاية. الجزائر غاضبة من إقحام قبائل ليبية في ما سمي التفويض المصري. أعتقد أن هذا هو السبب وراء تأجيل زيارة صالح الذي كان يبجث على الأرجح موقفاً داعماً من الجزائر".

يضيف بلباقي لـ"اندبندنت عربية" أن "ملف القبائل الليبية هو أحد المستويات التي ترفض الجزائر إقحامها في الصراع. هنا اختلاف جزائري مصري واضح، إذ تعتقد الجزائر أن الوحيد الذي بإمكانه جمع الليبيين اليوم هو زعماء القبائل، فإذا رفعوا السلاح ذهبت فرصة الحوار وفق منظورها".

حل جزائري تونسي

وبينما يتوجه وزير الخارجية بوقادوم إلى موسكو، الثلاثاء 21 يوليو، لبحث الملف الليبي، استقبل الرئيس تبون، الأحد، الممثلة بالنيابة للأمين العام لمنظمة الأمم المتحدة في ليبيا ستيفاني ويليامس، التي قالت إثر اللقاء "علينا التصدي للتساهل الدولي في شأن تدفق الأسلحة على ليبيا وانتهاكات حقوق الإنسان. وهذا لمصلحة الليبيين وأمن دول الجوار، نعمل جميعاً في ضوء مخرجات مؤتمر برلين التي كانت الجزائر إحدى الدول الفاعلة فيه. وهو بإيجاد حل سياسي وما يترتب عليه اقتصادياً. اليوم كانت لي تأكيدات وضمانات من الجزائر لدعمنا في هذه المبادرة بقصد الوصول إلى وقف إطلاق النار وإنهاء هذا الصراع الذي دام طويلاً".

وتوقع الرئيس تبون احتكام هذه الخطوة لـ"حل جزائري تونسي"، فقد ذكر في معرض جوابه عن سؤال حول الأطراف التي قصدها في تصريح سابق له وقال إنها لم تلتزم بتتائج مؤتمر برلين" هذه الأطراف لم تلتزم إلى يومنا هذا، ينطبق عليهم القول: يقولون ما لا يفعلون، نكرر تحذيرنا بناء على معرفتنا بالشعب الليبي وحبنا له وامتناننا له على مؤازرته الثورة التحريرية".

أضاف "من يحب الشعب الليبي عليه أن يتركه يقرر مصيره بصفة أو أخرى، نعود إلى شرعية شعبية تحت وصاية الأمم المتحدة، نحن لا ننفرد برأينا، إذا لم تتبنَّ الأمم المتحدة الحل الجزائري فلن نفرضه على أي أحد في ليبيا". ومع ذلك "أعتقد أن فيه نظرة إيجابية إلى الحل الجزائري الذي يمكن أن يصبح جزائرياً تونسياً، أقول إن هذا ممكن".

وكشف أن "المبادرات الجزائرية حول ليبيا يومية، نقوم باتصالات هاتفية على مستوى الرؤساء ووزراء الخارجية، وأخيراً كانت لي محادثة مع الرئيسين الروسي فلاديمير بوتين والفرنسي إيمانويل ماكرون، وكانت هناك اتصالات عدة مع الرئيس التونسي قيس سعيد ومع موريتانيا، وفتحنا قنوات يومية على مستوى وزيري الخارجية مع تركيا، وكذلك مع مصر". ولفت إلى "أننا اتخذنا مساراً على مسافة واحدة من جميع الأطراف في ليبيا، ويقيننا أن السلاح لن يحل المشكلة، هناك من يريد أن يتقاتل على أرض ليبيا فيدفع الليبيون ثمن ذلك، وبعد ذلك يلجؤون إلى الحوار لحل القضية".

Le Parlement égyptien autorise une intervention militaire en LibyePar: Ali Idir 20 Juil. 2020 à 23:04La crise en Libye, a franchi ce lundi une nouvelle étape vers l’escalade, avec la décision du Parlement égyptien d’autoriser le président Abdel Fattah al Sissi de lancer une éventuelle opération militaire en Libye. Le Parlement autorise le déploiement de l’armée à l’étranger pour combattre les « groupes terroristes » et les « milices », rapporte Reuters.Cette autorisation était une simple formalité pour le raïs égyptien qui a désormais les mains libres pour lancer son armée dans le bourbier libyen. Il peut fixer la date et le calendrier.Plus qu’aucun obstacle ne subsiste en effet sur le chemin de cette intervention, après l’autorisation du Parlement égyptien. Al Sissi avait déjà obtenu celle du Parlement de Toubrouk, qui représente le pouvoir de l’est libyen, qui avait autorisé formellement une éventuelle intervention militaire de l’Égypte sur le territoire libyen, pour contrer l’offensive des forces du Gouvernement d’union nationale (GNA), soutenues par la Turquie.« Aux forces armées égyptiennes d’intervenir pour protéger la sécurité nationale libyenne et égyptienne, si elles voient une menace imminente pour la sécurité de nos deux pays », avait affirmé le Parlement basé à l’Est dans un communiqué, publié il y a une semaine.Les conditions posées par le président égyptien sont désormais sont remplies.Concrètement, l’Égypte pourrait se retrouver en conflit armé direct avec la Turquie, sur le territoire libyen, théâtre d’un conflit armé, entre le GNA et le maréchal Hatfar depuis plusieurs mois.Après l’échec du plan de paix égyptien pour la Libye qui a été dévoilé début juin au Caire, Al Sissi a changé de fusil d’épaule, en menaçant à maintes reprises d’intervenir militairement sur le territoire libyen, pour sauver le camp du maréchal Haftar, qui a subi d’importants revers militaires ces derniers mois face aux troupes du GNA.Jeudi, Abdelfattah Al-Sissi avait affirmé que l’Égypte ne restera pas les bras croisés face à une menace directe contre la sécurité égyptienne et libyenne.« Nous ne resterons pas passifs face à des mesures qui constituent une menace directe pour notre sécurité stratégique nationale à nos frontières occidentales, en particulier à la lumière des opérations de renforcement militaire croissantes à proximité de la ville de Syrte », a-t-il dit.Le président égyptien s’exprimait en marge d’une rencontre avec des leaders tribaux libyens en provenance de Benghazi, bastion de l’Armée nationale libyenne (ANL) dirigée par le maréchal Khalifa Haftar.Cette rencontre a été critiquée par le président Abdelmadjid Tebboune qui a déploré dimanche soir « les tentatives d’implication de certaines tribus libyennes dans le conflit armé ces dernières 24 heures ». Il a exprimé les inquiétudes de l’Algérie de voir « basculer la Libye dans le même sort que la Somalie « .Le président de la république a assuré que le règlement de la crise libyenne « passe impérativement par la table du dialogue et que l’usage des armes n’a et ne sera jamais la solution ». Il a fait état d’une éventuelle initiative algéro-tunisienne, une possibilité de résoudre ce conflit qui menace la sécurité régionale.Déclaration de notre ambassadeur à Bruxelles suite à la mort d’un Algérien20-07-2020Par Houari A. – L’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles a réagi suite à la mort d’un jeune Algérien après une intervention policière, à Anvers. «Pour le moment, il est difficile de se prononcer sur l’intervention des agents de police ainsi que sur les conditions exactes dans lesquelles s’est déroulée l’arrestation de notre jeune compatriote Akram», a indiqué Amar Belani, dans une déclaration rendue publique ce lundi soir.«Une enquête judiciaire a été ouverte par le parquet pour déterminer les causes exactes du décès, ainsi que les circonstances dans lesquelles cette intervention policière est intervenue. Des contacts sont en cours avec le ministère public pour obtenir les premières informations officielles à ce sujet», a ajouté l’ambassadeur d’Algérie en Belgique. «Bien entendu, nous suivrons de très près les développements de cette tragique affaire qui a fortement ému les membres de notre communauté et bien au-delà, car certains éléments doivent être clarifiés le plus tôt possible», a-t-il souligné.Amar Belani a, par ailleurs, émis le souhait que le visionnage des vidéos, y compris celles qui circulent sur les réseaux sociaux, et leur recoupement avec les résultats de l’autopsie «permettront de faire la lumière sur les quelques zones d’ombre qui entourent cette déchirante affaire».Akram, un jeune Algérien âgé de 29 ans, est mort dimanche après-midi après une intervention policière dans le quartier de la gare centrale d’Anvers, ont rapporté les médias belges. Une pétition et un appel à une manifestation ont été lancés sur les réseaux sociaux pour dénoncer ce que les auteurs de l’appel considèrent être une bavure policière qui intervient en pleines manifestations aux Etats-Unis et en France pour des faits similaires.La victime avait été menottée au sol, avant de faire un arrêt cardiaque, selon des sources policières. «Au moment où l’ambulance est arrivée, l’homme aurait soudainement arrêté de résister», relèvent les médias belges, qui précisent que le jeune Akram avait été transféré à l’hôpital «dans un état critique» et est «décédé dans la soirée» [de dimanche] après avoir «subi des soins intensifs».Une enquête judiciaire a été ouverte.H. A.Impact du Covid-19 sur l’économie nationale : qui va payer la facture ?20-07-2020Par Mounir Serraï – Le préjudice économique causé par les mesures préventives contre le coronavirus est énorme. L’évaluation de cet impact est en cours. Une commission de «sauvegarde» de l’économie nationale a été installée. Les dégâts sont importants et doivent se compter par centaines de milliards de dinars, en raison d’un arrêt quasi total de l’activité économique de plusieurs filières durant trois mois.Dans une récente déclaration, le Premier ministre reconnaît le grave préjudice causé à l’économie nationale. S’abstenant d’avancer des chiffres tant l’évaluation est en cours, le Premier ministre précise que la crise sanitaire n’a fait qu’aggraver une crise déjà là, profonde et complexe. La paralysie économique provoquée par la propagation du coronavirus a été aggravée par la chute vertigineuse des prix du pétrole, qui constitue la source de revenus en devises pour le pays.Plusieurs secteurs sont durement affectés. En premier lieu, celui des travaux publics et du bâtiment. Les chantiers sont à l’arrêt depuis mars dernier, occasionnant ainsi des pertes colossales pour les entreprises, voire la faillite pour certaines d’entre elles. Le tourisme et l’hôtellerie sont également très affectés par cette crise. La restauration et les loisirs aussi sont durement affectés par la persistance de cette pandémie et donc des mesures préventives empêchant ainsi les restaurants, les hôtels et les centres de loisirs de reprendre. Mais pas seulement. De nombreux commerçants, contraints de fermer durant trois mois, ont du mal à remonter la ponte.Le préjudice occasionné par les mesures préventives contre le coronavirus est énorme. Mais qui va payer la facture ? Tout récemment, le ministre des Finances a évoqué cette situation. Il a fait part dans ce sillage du déblocage d’une enveloppe financière en dinars et d’une autre en devises pour la relance de l’activité économique. Il a avancé le chiffre de 1 000 milliards de dinars et de 10 milliards de dollars qui seront puisés des réserves de change qui ont considérablement baissé à cause de l’aggravation du déficit commercial. Le ministre n’a cependant pas expliqué comment cet argent va être utilisé et qui va en bénéficier. Le gouvernement n’a pas parlé, cependant, d’une éventuelle indemnisation des opérateurs économiques affectés par les mesures préventives contre le coronavirus.De nombreux Algériens dont l’activité a été affectée par cette pandémie broient du noir. Ils ne savent plus à quel saint se vouer. Le taux de chômage a beaucoup flambé et le pouvoir d’achat des Algériens est durement affecté. Quelle stratégie va être adoptée pour éviter une faillite économique totale ? Dans certains pays avancés, on commence à surtaxer les profits des secteurs qui ont «profité» de cette crise sanitaire, notamment celui de l’industrie pharmaceutique qui a connu une croissance de 30% depuis le début de la pandémie.Mais chez nous, la crise économique est antérieure à la pandémie qui l’a, certes, aggravée. Toute solution doit donc tenir compte de tous les facteurs ayant conduit à cette crise économique bien avant l’apparition du coronavirus. Pour de nombreux économistes, il faudra une thérapie de choc à travers des stratégies minutieuses et précises pour chaque secteur et une vision à court, moyen et long terme. Un travail titanesque attend donc l’Exécutif s’il veut réellement sortir le pays de la crise économique actuelle.M. S.Les émirats lancent une fusée vers Mars, l’Algérie peine à fabriquer un masque20-07-2020Il y a de cela quelques décennies, les Algériens traitaient avec mépris les émiratis en les qualifiant de “vulgaires bédouins”. Aujourd’hui, la situation semble avoir radicalement changé car les Emirats Arabes Unis (EAU) sont devenus un véritable centre stratégique pour le développement économique et technologique internationale. Preuve en est, les émirats ont lancé lundi avec succès depuis le Japon une fusée vers la planète…Mars. Et pendant ce temps-là, en Algérie, on peine encore à fabriquer un masque ! Un saisissant décalage. La sonde émiratie “Al-Amal” (Espoir) est entrée dans l’histoire. Elle est la première mission interplanétaire arabe qui a été lancée lundi avec succès depuis le Japon, en route pour l’orbite de Mars dont elle devra fournir des images pour mieux comprendre son atmosphère et son climat. Le décollage de cet engin spatial non habité, retransmis en ligne et en direct, a eu lieu comme prévu depuis le centre spatial de Tanegashima (dans le sud-ouest du Japon) à 6h58 heure locale (dimanche 22h58 heure française), après deux reports la semaine dernière en raison du mauvais temps.Le décollage a aussi été vécu avec fierté et émotion dans les Emirats arabes unis (EAU). Le Burj Khalifa de Dubaï, la plus haute tour du monde, avait symboliquement projeté un compte à rebours de dix secondes sur son immense façade avant le décollage.“Cette mission est une étape importante pour les EAU et leur région”, a déclaré Yousuf Hamad Al Shaibani, directeur général du Centre spatial Mohammed bin Rashid (MBRSC) de Dubaï lors d’une conférence de presse au Japon après le lancement. Ce projet “a déjà inspiré des millions de jeunes” dans le monde arabe pour “rêver en grand et travailler dur pour réaliser ce qui paraît impossible”, a-t-il ajouté.Ce projet est un énorme pas franchi par les émirats vers la modernité. Avec des cités prospères comme Dubai ou Abu Dhabi et volontairement tourné vers l’ouverture sur le monde et le développement du savoir. Les Emirats ont tracé une intelligente stratégie pour s’émanciper de la rente pétrolière afin de construire leur propre modèle de développement  en développant principalement des secteurs financiers et touristiques solides.Abu Dhabi a investi dans des formes alternatives de production d’énergie et la première centrale nucléaire du pays, Barakah Power Plant, devrait ouvrir ses portes en 2020 après plusieurs retards.A partir de 2019, les EAU ont fait leur entrée parmi les 30 premières économies mondiales avec un PIB avoisinant les 400 milliards de dollars. Des champions de l’économie jouent un rôle prépondérant dans le développement comme le fond Abu Dhabi Investment Authority (830 milliards de dollars avec des investissements partout dans le monde), DP World, le troisième exploitant portuaire mondial qui gère 74 ports dans le monde avec une forte présence en Afrique, Etihad Airways et Emirates, deux des plus importantes compagnies aériennes dans le monde. On trouve également d’autres groupes ayant la même trajectoire de croissance comme Emaar et Damac dans l’immobilier, First Abu Dhabi Bank et Emirates NBD dans le secteur bancaire et Etisalat dans les télécommunications.Les EAU ont obtenu ses performances en investissant énormément sur l’éducation et l’enseignement supérieur. En octobre 2019,  les Émirats Arabes Unis ont annoncé l’ouverture de l’Université de l’intelligence artificielle Mohamed bin Zayed (MBZUAI). Présentée comme étant la première université au monde consacrée à l’intelligence artificielle et à la recherche, elle permettra aux étudiants diplômés, aux entreprises et aux gouvernements de progresser en intelligence artificielle. Les Émirats Arabes Unis se sont investis dans l’intelligence artificielle depuis plusieurs années.En octobre 2017, le projet « Vision des EAU sur l’Intelligence artificielle » avait été présenté et le premier ministère de l’intelligence artificielle au monde avait été créé avec à sa tête l’émir Omar Bin Sultan Al Olama. En avril dernier, le pays avait défini leur stratégie quant à l’IA dans leur programme BRAIN (Build a Responsible Artificial Intelligence Nation).Et au moment où les EAU s’intéressent à l’intelligence artificielle, l’Algérie sombre dans un sous-développement inédit. Et dire que durant les années 70 et 80, l’Algérie était un modèle et un exemple à suivre pour les EAU. 30 ans plus tard, la roue a tourné et c’est l’Algérie qui est à la traîne. Un pays totalement dépendant vis-à-vis de ses importations y compris alimentaires, ne fabricant ni lait, ni semoule ni encore moins des machines modernes. Pis encore, l’Algérie peine à fabriquer des masques en cette période de crise sanitaire très délicate. Triste décadence pour une ancienne puissance régionale qui faisait rêver des pays du tiers-monde.
Bonne nouvelle pour les étudiants algériens en France
20-07-2020
Le sénat français a adopté, ce dimanche dernier, un amendement du gouvernement au projet de loi de budget qui permettra de diviser par plus de trois le prix du repas universitaire.
Selon la chaîne de télévision française BFM TV, le repas devrait passer dès la rentrée prochaine 2020-2021 de 3,3 euros à 1 euro pour les étudiants boursiers.Selon la même source, « au total, 715 000 étudiants devraient bénéficier de cette baisse du prix des repas dès la rentrée universitaire ».Le nouveau Premier ministre avait promis il y a quelques jours, que « dès la rentrée, les repas dans les restaurants universitaires seront à 1 euro pour les étudiants boursiers soutenir les étudiants, notamment les plus modestes, qui se retrouvent en difficulté avec moins d’accès aux petits boulots.»Le Professeur Nibouche : il faut mettre un holà aux dérapages20-07-2020Les auteurs d’agressions physiques à l’encontre des personnels de santé des hôpitaux, des situations qui, depuis quelques années déjà, ont tendance à se multiplier, seront désormais passibles d’une peine d’emprisonnement pouvant s’étaler sur 5 à 10 années. Se disant « réjoui » de cette décision annoncée, dimanche, par le chef de l’Etat et  « attendue depuis très longtemps », le professeur Djamal Eddine Nibouche évoque un « problème crucial », dont sont régulièrement victimes les personnels des établissements hospitaliers.S’exprimant, lundi, dans l’émission de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio Algérienne, Pr. Nibouche indique, le chef du service de cardiologie de l’hôpital Nafissa Hamoud, à Alger, tout en faisant part de sa compassion face au désarroi de proches de malades ou de personnes décédées, déclare ne pas comprendre que certains parmi eux en arrivent à agresser les médecins et infirmiers, poussant jusqu’à s’en prendre aux équipements de soins. Pour lui, il faut « mettre le holà à ce dérapage ».En dehors de cette « situation très complexe », ce praticien estime qu’il y a urgence à réorganiser et à restructurer des systèmes de soins des hôpitaux. Mais pour cela, insiste-t-il, il y a lieu de revoir le système national de santé, « par trop archaïque », en y introduisant un modèle moderne de prise en charge des patients et en développant un système de soins à domicile, « compte tenu du très grand nombre de personnes à soigner ».Ce praticien constate, par ailleurs, qu’en dépit d’un corps de soignants et de paramédicaux efficaces, les structures hospitalières, dont certaines datent de plus d’un siècle, ne se sont pas modernisées pour être en mesure d’assurer une prise en charge efficace des patients.De la pandémie de la Covid 19 à laquelle est notamment confrontée l’Algérie, le professeur Nibouche signale qu’au bout de quatre mois d’activité « intense », les médecins chargés de la contenir se trouvent, pour un grand nombre parmi eux, fatigués aux plans psychologique et physique.Quand, observe-t-il, on ne voit pas venir les résultats attendus, « il y a comme un sentiment de désespoir ». A ce propos, il abonde dans une meilleure organisation des soins aux malades frappés par le virus et, prioritairement, à organiser une protection maximum des personnels traitant dont, rappelle-t-il, un nombre important a perdu la vie en luttant contre celui-ci.Energie solaire : l’Algérie risque de passer à côté d’un investissement de 5 milliards de dollars en raison du Covid-1920-07-2020Le groupe suisse-allemand Terra Sola, spécialisé dans les projets d’énergie solaire photovoltaïque, compte investir en Algérie 5 milliards de dollars, sur ses propres fonds. Mais cet investissement risque de tomber à l’eau en raison de la crise économique induite par la Covid-19.Selon le P-DG du groupe, David Heimhofer, l’accès aux financements pour l’industrie solaire photovoltaïque devient de plus en plus difficile avec la crise économique de l’après-Covid-19. « Les investisseurs internationaux réévaluent constamment leur position et nous pouvons nous attendre à ce que les investisseurs commencent à se retirer sensiblement du marché à partir de la fin du troisième trimestre 2020 », a-t-il confié au quotidien El Watan.Pour le P-DG de Terra Sola, la dégradation de la cote de crédit des pays créditeurs, déclenchée principalement en raison de la baisse des prix du gaz, « il est devenu de plus en plus difficile de maintenir l’engagement de l’investissement de 5 milliards de dollars en Algérie ».« Pour notre part, tout en poursuivant nos efforts pour parachever la plateforme industrielle solaire de Ras El Ma (Sidi Bel Abbès), nous nous employons à convaincre nos partenaires, notamment notre assureur, à garder à l’Algérie ce financement que nous lui avons proposé », a-t-il ajouté.David Heimhofer a estimé qu’avec le nouveau ministère dédié à la Transition énergétique et des Energies renouvelables, l’Algérie aura une meilleure perception des enjeux. « Le pays a comme défi de réussir cette transition énergétique qui met en avant l’atout solaire », a-t-il souligné.Le groupe suisse-allemand compte investir les 5 milliards de dollars dans la réalisation d’un mégaprojet très prometteur de production de l’énergie solaire, selon le PDG de Terra Sola. Un IDE qui devra assurer une production de 4000 MW d’électricité et permettra des gains de 17,7 milliards de dollars pour l’Algérie.« Ce financement-investissement a été proposé par le conseil d’administration du groupe Terra Sola et ses partenaires internationaux regroupés en consortium pour être soumis à l’Algérie dans une démarche de partenaire gagnant-gagnant », a expliqué le P-DG du groupe, en assurant que « l’Algérie ne prendra aucun risque financier, car le remboursement de l’investissement se fera par la vente de l’énergie produite ».Le même responsable a rappelé que le recours de l’Algérie à l’énergie solaire photovoltaïque au lieu du gaz pour produire l’électricité destiné à la consommation locale et à l’exportation, « lui permettra de réaliser un gain de 10 milliards de dollars ».Un groupe mondial suisse-allemand veut faire de l’Algérie un leader de l’énergie solaire20-07-2020Le président-directeur général du groupe mondial suisse-allemand Terra Sola, David Heimhofer, déclare, dans une interview accordée au journal El Watan et parue ce lundi 20 juillet, que son groupe a l’ambition de faire de l’Algérie un leader de l’énergie solaire.L’investisseur et développeur de projets d’énergie solaire photovoltaïque veut investir 5 milliards de dollars en Algérie pour réaliser ses ambitions. Selon le P-DG du groupe, ce projet est devenu possible grâce à un Algérien ayant fait partie du conseil d’administration du géant suisse-allemand. Il s’agit de Belkacem Haouche, qui a fait pression sur le groupe pour investir en Algérie.David Heimhofer explique que « dans le programme intégré pour l’Algérie, il existe quatre maillons de la chaîne qui comporte la mise en place d’installations solaires photovoltaïques pour 4000 MW, incluant le transport de l’énergie du Sud vers le Nord et bientôt vers l’Europe, la construction d’une plateforme industrielle solaire à Ras El Ma à Sidi Bel Abbes composée de trois complexes de fabrication des composants essentiels de l’industrie solaire photovoltaïque, à savoir les panneaux photovoltaïques, les onduleurs et structures de montage, ainsi qu’un programme de développement de la capacité humaine pour former 10 000 Algériens, et enfin le développement systématique de l’industrie de l’approvisionnement en soutenant financièrement 1 000 PME en Algérie ».
Un projet gagnant-gagnant
Le P-DG explique que « le financement-investissement de ce programme pour un montant de 5 milliards de dollars a été proposé par le conseil d’administration du groupe Terra Sola et ses partenaires internationaux regroupés en consortium pour être soumis à l’Algérie dans une démarche de partenaire gagnant-gagnant ».Il a tenu à rassurer que « ce financement sécurisé prendra en charge le parachèvement de l’implémentation du programme intégré. L’Algérie ne prendra aucun risque financier, car le remboursement de l’investissement se fera par la vente de l’énergie produite ».
Pourquoi le choix Algérie ?
« D’un côté, l’intérêt de Terra Sola, de ses partenaires technologiques internationaux et des investisseurs pour mettre en œuvre ce programme en Algérie est lié au facteur géophysique et naturel du pays avec certaines des irradiations les plus élevées du monde et le vaste espace disponible pour le solaire ».Il ajoute que « d’autres pays de la région MENA disposent également des mêmes atouts que l’Algérie, comme l’Egypte ou le Maroc ». Néanmoins, « l’Algérie a une particularité par rapport à ces pays, celle de disposer d’une très bonne infrastructure et d’une base de connaissances dans le secteur de l’énergie, ce qui confère à l’Algérie un avantage important dans la réalisation d’un tel programme », estime-t-il.Investir en Algérie : La diaspora dans l’attente de signaux forts20-07-2020De nombreux algériens installés à l’étranger ont réussi à monter de bonnes affaires dans leurs pays d’accueil et souhaiteraient en faire autant dans leur pays d’origine, mais l’instabilité juridique les en a souvent dissuadés.Comme tous les investisseurs du monde, ils ont besoin de lois pérennes dans un pays politiquement stabilisé, de visibilité économique à moyen et long terme, mais aussi et surtout, d’un Etat de droit qui les protégera contre d’éventuelles mésaventures bureaucratiques. La crise sanitaire qui sévit dans le monde est également un sujet de préoccupation et ce n’est qu’au terme de cette dangereuse pandémie que des projets d’investissements seront, à l’évidence, envisagés, aussi bien, dans leur pays d’accueil,  que dans leur pays d’origine.Comme tous les investisseurs du monde, ceux de la diaspora partent du principe que pour qu’une entreprise puisse naître et se développer en Algérie, il faut absolument que son promoteur y trouve un environnement des affaires favorable et la stabilité juridique requise pour concevoir des stratégies efficaces. Sans ces pré requis, les initiatives entrepreneuriales conçues hors du pays, courent le risque bien réel de ne jamais voir le jour, ou pire encore, d’être stoppées dans leurs démarches après de fastidieux efforts et de coûteuses dépenses.L’échec de nombreuses initiatives entrepreneuriales en Algérie n’est pas, comme on pourrait le croire, dû à une quelconque tare congénitale des Algériens résidents ou non dans leur pays, mais à l’insuffisance, voire à l’absence totale, de catalyseurs de l’entrepreneuriat que sont, à titre d’exemples, la liberté d’entreprendre, officiellement consacrées par la Constitution algérienne (art. 43) mais que l’administration refuse bien souvent d’accorder aux entrepreneurs. Les projets d’investissement sont en effet toujours soumis à des autorisations préalables qui tardent à leur être accordées ou, comme cela arrive souvent, à leur être carrément refusées.La preuve de la capacité des Algériens à entreprendre est donnée par de nombreux compatriotes de l’émigration qui réussissent de belles affaires là où ils vivent et, notamment, lorsque le pays dispose d’un environnement juridique et institutionnel particulièrement favorable. En France, en Belgique, au Canada et aux Etats-Unis d’Amérique, les exemples de réussites entrepreneuriales qui s’appuient sur de bons climats d’affaires sont, en effet, nombreux. Uniquement pour la France, le très sérieux Institut français de statistiques économiques (Insee), avait recensé il y a quelques années plus d’un million d’unités économiques créés par des algériens, démentant du coup l’image de l’émigré timoré, vivant aux crochets du pays d’accueil.L’écrasante majorité de ces entrepreneurs d’origine algérienne, a pour caractéristique particulière d’avoir gravi les échelons de la réussite économique et sociale du seul fait de leur volonté, aidée en cela par la présence de mécanismes de marchés bien huilés et d’un Etat de droit en mesure de les protéger. Placés dans les conditions de travail peu reluisantes qui prévalent actuellement en Algérie, ces derniers auraient, à l’évidence, peu de chances de réussir.Les entrepreneurs de l’émigration sont dans l’attente de signaux forts en provenance des autorités politiques algériennes, car les faillites et abandons de projets qui avaient sanctionnés plusieurs tentatives d’investissements en Algérie, apportent la preuve d’un environnement encore peu favorable aux affaires et de la nécessité de s’atteler d’urgence à la mise place d’un cadre plus performant que celui qui y prévaut aujourd’hui. Un cadre des affaires qui, du reste, n’arrête pas de de dégrader (voir le recul au classement du dernier Doing Busines), au moment où tous les pays du monde font des efforts louables pour améliorer leur attractivité.Les chefs d’entreprises d’origine algérienne installés à l’étranger sont, nous en sommes convaincus, pratiquement tous à l’écoute d’éventuelles directives gouvernementales susceptibles d’améliorer cet environnement. Ils ont, apprend-t-on, accueillis avec beaucoup d’intérêt l’annonce du chef de l’Etat de stabiliser l’environnement juridique durant au minimum dix années. Si elle venait à être appliquée, cette mesure serait de nature à sécuriser les promoteurs,aussi bien, nationaux, qu’étranger qui n’hésitent pas à qualifier l’instabilité juridique de véritable « bête noire » des investisseurs tentés par l’aventure algérienne. Elle les empêche d’avoir de la visibilité sur le moyen et long terme et d’appliquer rigoureusement leurs business plans du fait des subites changements de lois édictés par les lois de finances annuelles et complémentaires. La fin de l’instabilité juridique et institutionnelle qui résulterait de cette décision de bloquer durant les dix années à venir la production législative, est de nature à augmenter les initiatives entrepreneuriales en provenance de notre émigration.En raison de tous ces blocages juridiques et institutionnels, les initiatives en la matière se font rares et dans tous les cas insuffisantes eu égard au grand potentiel d’investisseurs disponibles au sein de la diaspora. Les hommes d’affaires algériens installés à l’étranger sont en effet nombreux à souhaiter contribuer à la création d’entreprises en Algérie ne serait-ce qu’en aidant d’une manière ou d’une autre un frère, une sœur, un cousin ou tout simplement un ami, à monter et développer des affaires sur place. Lorsque l’un ou l’autre de ces proches parents est à la tête d’une entreprise qui a de sérieuses prédispositions à l’exportation, ils seraient même disposés à aider ces derniers à placer leurs produits dans le pays d’accueil, en les mettant en relation avec les réseaux de distributions les plus performants.Si la plupart des entrepreneurs expatriés ont, pour le moment, exclu le retour définitif au pays natal, , leur souhait quasi unanime est d’entamer dans l’immédiat un minimum d’actions susceptibles de les aider à y mettre pied pour, notamment, commencer à tisser le réseau de connaissances indispensable à la bonne conduite des affaires en projets. La récession économique qui sévit dans certains pays d’Europe, et notamment en France où activent l’écrasante majorité des chefs d’entreprises d’origine algérienne, incite à ce type de démarche et le gouvernement aurait intérêt à saisir l’occasion pour lancer des signaux forts et sécurisants à l’adresse de ces hommes d’affaires qui peuvent beaucoup apporter au pays qui doit d’ores et déjà réfléchir aux meilleurs moyens d’affronter la grave crise économique qui se profile déjà sur le court terme.Un homme d’affaires algérien installé en France nous avait il y a quelques temps déclaré que « les bonnes affaires se trouvent en Algérie où il y a nécessité de satisfaire une demande sociale incompressible d’au moins 50 milliards de dollars par an. Cette demande aujourd’hui essentiellement satisfaite par les importations pourrait être produite sur place par des entreprises algériennes si évidemment le gouvernement algérien leur en donnait franchement la possibilité ».Les patrons de l’émigration ont, à notre connaissance, pratiquement tous en tête un ou plusieurs projets à réaliser, mais, la prudence requiert de ne s’y engager que lorsqu’ils percevront de sérieux signes de changement. Des signaux forts les plus attendus sont ceux qui vont dans le sens d’une plus grande liberté d’entreprendre, de la stabilisation de l’environnement juridique et de l’instauration d’un Etat de droit à même prémunir les investisseurs contre les dérives de la bureaucratie algérienne.