Conférence Internationale sur le Climat à Athènes

Le Professeur Bouchenak Khelladi souligne le rôle du dialogue social face aux  défis imposés par les changements climatiques

Le professeur Sidi Mohammed Bouchenak Khelladi, a pris part, aujourd’hui à Athènes, en sa qualité de président du Conseil National Economique, Social et Environnemental (CNESE), et de président, récemment élu, de l’Union des Conseils Economiques et Sociaux Arabes et Institutions Similaires, aux travaux de la Conférence Internationale organisée par le Conseil Economique et Social Grecque sous le thème : "Crise climatique et dialogue social pour une transition durable".

Dans son intervention, le Professeur Bouchenak Khelladi rappellera, d’emblée, à l’assistance les résultats des travaux du Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC), qui stipulent que l’Afrique qui a peu contribué aux émissions de gaz à effet de serre représente l'un des continents les plus vulnérables aux changements climatiques et que l’Algérie, à l’instar de plusieurs pays du monde, en est lourdement affectée. 

Le Président du CNESE, exposera, ensuite, la politique Climat adoptée par l’Algérie en matière d’atténuation et d’adaptation aux effects des changements climatiques. Il abordera, ainsi, le Plan National Climat (PNC), et la Contribution Prévue Déterminée au niveau National (CPDN), qui constituent un signal politique fort de l’engagement de l’Algérie en faveur de la lutte contre les changements climatiques. 

La contribution de l'Algérie sur la question des changements climatiques est illustrée, dira le professeur Bouchenak Khelladi, à travers le plan d’action du gouvernement qui a placé la transition énergétique au cœur des politiques de développement du pays. Cela se traduit également, ajoutera-t-il, par un ensemble de mesures, de programmes, de stratégies et de plans gouvernementaux et sectoriels impliquant tous les secteurs clés y compris la société civile. 

Dans ce contexte, le Président du CNESE, mettra en avant le rôle du dialogue social comme instrument contribuant à l’amélioration de la gouvernance en matière de conceptualisation et de mise en œuvre des politiques climatiques et environnementales pour un développement durable. Il a, en ce sens, rappelé le rôle et la composition du CNESE, lequel, dira-t-il, est appelé à élaborer périodiquement un rapport d’analyse et d’évaluation sur la situation de l’environnement dont la question des changements climatiques et leurs retombées sur l’économie nationale et la société. C’est un rapport qui porte la vision, l’avis et les recommandations des acteurs de la société civile.

Il précisera que sur les 200 membres que compte le CNESE, 50 représentent le Mouvement associatif dont six (06) associations activant en faveur de la préservation de l’environnement et du développement durable, 75 représentent les organismes économiques, sociaux et environnementaux dont quinze (15) représentants du patronat et vingt (20) représentants des travailleurs, et 20 personnalités ressources, reconnues pour leur haute expertise dans divers domaines  

Par ailleurs, le président du CNESE, affirmera qu’au regard des grands enjeux de l’environnement, le CNESE a dédié, parmi ses sept (07) commissions statutaires, une commission à l’environnement, la transition énergétique et le développement durable. C’est dire toute l’importance accordée au rôle du dialogue social dans la lutte contre les impacts des changements climatiques.

Il est à noter que, le président du CNESE, participera, demain mardi 28 juin 2022, aux travaux de l’Assemblée Générale de l’Association Internationale des Conseils Economiques et Sociaux et Institutions Similaires « AICESIS » dont l’ordre du jour verra la présentation des rapports d’activité et financier pour l’année 2021, les perspectives de partenariat avec l’Organisation Internationale du Travail (OIT)  et avec  le Conseil Economique et Social des Nations Unies (Ecosoc).